Trouble panique

mise à jour
Mise à jour 04/07/2021

INTRODUCTION/GÉNÉRALITÉ

  • Il est constitué d’attaques de paniques récurrentes et imprévisibles avec développement d’une anxiété anticipatoire liée à la crainte de voir se produire de nouvelles crises.
  • L’attaque de panique est une crise d’angoisse aiguë à début brutal, d’intensité maximale en quelques minutes, bien limitée dans le temps (20-30 minutes) avec décroissance progressive des symptômes.

HISTORIQUE

Votre texte ici

PHYSIOPATHOLOGIE

Votre texte ici

ÉPIDÉMIOLOGIE

  • Sa prévalence est de 3% sur la vie entière.

FACTEURS DE RISQUES

Votre texte ici

EXAMEN CLINIQUE

Ces symptômes sont de trois ordres :

A) Psychiques :

  • Pensées catastrophiques, sensation de perte de contrôle, peur de mourir ou de devenir fou
  • Dépersonnalisation (sentiment de n’être plus soi-même)
  • Déréalisation (sentiment que le monde est irréel).

B) Physiques :

  • Neurovégétatifs (sueurs, tremblements, érythème ou pâleur, vertiges, bouffées de chaleur, paresthésies)
  • Cardiovasculaires (palpitations, oppression et douleurs thoraciques)
  • Respiratoires (dyspnée, sensation d’étouffement, blocage respiratoire)
  • Digestifs (douleurs abdominales, nausées/vomissements, diarrhée).

C) Comportementaux :

  • Le plus souvent agitation psychomotrice
  • Parfois inhibition pouvant aller jusqu’à la sidération

Une agoraphobie peut être associée au TP : Il s’agit de la crainte de se retrouver dans des situations d’où on ne pourrait facilement s’échapper ou trouver de l’aide en cas d’attaque de panique. Cela concerne essentiellement les espaces ouverts (parking, marché) ou clos (magasins), les moyens de transport, les files d’attente, la foule… Cela entraine des conduites d’évitement pouvant entraver l’autonomie. L’agoraphobie peut survenir sans être associée au TP.

EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

Votre texte ici

DIAGNOSTICS DIFFÉRENTIELS

  • C’est un diagnostic d’élimination : Il faut impérativement éliminer une pathologie non psychiatrique ou une intoxication par une substance psychoactive.

ÉTIOLOGIE

Votre texte ici

COMPLICATIONS

A) Comorbidités : 

  • On Retrouve Souvent Associées Des Pathologies Dépressives Et Addictologiques Mais Aussi D’autres Troubles Anxieux Et Des Troubles De La Personnalité.

B) Complications :

  • Il peut se compliquer d’un épisode dépressif caractérisé devant être toujours recherché, de troubles addictifs.
  • Les répercussions socio-professionnelles peuvent être importantes (accompagnement, limitation des déplacements…).
  • L’évolution est souvent chronique avec des récurrences.

PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE

  • Il faudra d’abord réaliser un bilan complet à la recherche d’une cause secondaire, avec un bilan physique et biologique minimum pré-thérapeutiques, pouvant être complété par une imagerie cérébrale.
  • L’objectif est la disparition des attaques de panique, de l’anxiété anticipatoire ainsi que la prévention de leur réapparition.
  • L’éducation thérapeutique est centrale dans cette pathologie.
  • Les TCC doivent être privilégiées : stratégie centrée sur la gestion du stress, apprentissage des techniques de relaxation et de régulation ventilatoire, techniques d’exposition et de restructuration cognitive.
  • D’autres formes de psychothérapie analytique ou familiale sont possibles.

Le traitement médicamenteux est réservé aux formes sévères avec des attaques de panique fréquentes et un retentissement important. On utilise en première intention les IRS/IRSNA : la paroxétine, le citalopram, l’escitalopram, la sertraline et la venlafaxine ont l’AMM dans cette indication :

  • On utilise la même posologie que dans l’EDC avec début plus progressif pour éviter une aggravation des attaques de panique en début de traitement.
  • Le délai d’action est de 3-4 semaines
  • La réponse clinique complète est obtenue en 6 à 8 semaines.
  • La durée du traitement est d’au moins 6 mois, et jusqu’à 18 mois, avec diminution très progressive en fin de traitement.
  • En cas d’échec, la clomipramine peut être justifiée.

Les benzodiazépines à courte durée d’action constitue un traitement d’appoint transitoire des attaques de panique ,notamment dans la phase d’initiation de l’antidépresseur dans l’attente d’une efficacité optimale.

ÉVOLUTION/PRONOSTIC

Votre texte ici

PRÉVENTION

Votre texte ici

SURVEILLANCE

Votre texte ici

CAS PARTICULIERS

Votre texte ici

THÉRAPIES FUTURES

Votre texte ici

RÉFÉRENCES